Vue en plan des travaux 2023 sur le ruisseau de Saint-Renobert (C) Eaux Continentales

Restauration du ruisseau de Saint-Renobert et de la zone humide associée

Maitre d’ouvrage :

EPAGE Haut-Doubs Haute-Loue

Année

2023

Localisation

Lavans-Quingey et Quingey

Cadre

Contrat de bassin Haut-Doubs Loue

Objectifs des travaux

  • Un affluent de la Loue à la morphologie dégradée par d’anciens travaux de curage et rectification,
  • Un fonctionnement écologique perturbé et une problématique de continuité, avec seulement quelques 400 m accessibles aux poissons de la Loue susceptibles de le remonter,
  • Un projet de restauration global, portant sur l’ensemble du linéaire, est mis à l’étude en 2018 par l’EPAGE Haut-Doubs Haute-Loue,
  • En 2022, une première tranche de travaux est réalisée sur la partie amont, où la sinuosité avait été relativement préservée. Afin de remédier au surcreusement du lit et à son élargissement, la technique de recharge sédimentaire a été déployée sur 740 m linéaire permettant la reconstitution du matelas sédimentaire de galets et graviers, le retour d’écoulements diversifiés et d’habitats essentiels pour les poissons et les invertébrés aquatiques. Retrouvez sur cette page plus d’informations sur la première tranche de travaux,
  • En 2023, après une importante phase d’étude, ayant notamment permis de localiser le tracé d’anciens méandres, une nouvelle tranche de travaux à fort niveau d’ambition est déclenchée sur la partie aval,
  • Les travaux réalisés en 2023 visent à re-méandre le cours d’eau, à restaurer le fonctionnement de la zone humide attenante, et à retrouver la continuité écologique avec la Loue,
  • A l’écoute des élus locaux et intégrant les enjeux liés au patrimoine, la contrainte de maintenir l’alimentation en eau du lavoir est intégrée au projet

Nature des travaux

  • Un lit guide méandriforme recréé sur 1800 m dans le fond de vallée originel, permettant un gain de 500 mètre linéaires par rapport au tracé rectifié actuel,
  • Un gabarit du lit guide et un profil en long permettant la reconnexion de 3 ha de zone humide, et un gain de ressource en eau,
  • Une reconstitution du matelas alluvial de galets et graviers, et la plantation d’une ripisylve,
  • L’ancien lit rectifié est comblé avec les matériaux issus du terrassement et de l’ancienne digue d’un étang voisin,
  • Des aménagement connexes permettent l’exploitation agricole des parcelles riveraines rive droite: franchissement, abreuvoirs et mise en défens des berges.

Plan de financement

Montant du projet : 503 417 euros TTC
Financement : Agence de l’eau RMC 70% , Fondation du patrimoine 10% , EPAGE Haut Doubs Haute Loue 20% (dont participation statutaire du Département)

Passe à poissons sur la Vauclusotte, seuil de la scierie des Noues (C) SCIMABIO Interface

Restauration de la continuité sur la Vauclusotte au droit du seuil de la scierie des Noues

Maitre d’ouvrage :

EPAGE Doubs-Dessoubre

Année

2022 – 2023

Localisation

Vauclusotte

Cadre

Restauration de la continuité écologique sur le bassin du Dessoubre

Objectifs des travaux

  • Le ruisseau de Vauclusotte, ainsi que la partie aval du Dessoubre, sont des secteurs à forts enjeux piscicoles classés en liste 2 avec obligation de restauration de la continuité écologique,
  • Afin d’atteindre cet objectif, l’EPAGE Doubs-Dessoubre a réalisé plusieurs études et travaux qui ont conduit à 3 effacements de seuils sur le Dessoubre, et la construction ou l’extension de 2 passes à poissons sur la Vauclusotte, restaurant la continuité sur plus de 16 km de cours d’eau.
  • C’est dans ce contexte qu’en2022, après une importante phase d’étude intégrant les contraintes du site, les travaux de construction d’une passe à poissons sur le seuil de la scierie des Noues, dernier obstacle sur ce cours d’eau, ont pu voir le jour.
  • Une passe à poisson de type « passe plan à ralentisseurs », en inox, a été implantée sous le bâtiment. Elle mesure 15,6 m de long pour 0,6m de large, avec 20 cm de chute entre les 35 plans installés. Un bassin de repos de 3m est installé en milieu de passe.
  • Retrouvez d’autres informations quant aux travaux sur le site de l’EPAGE Doubs-Dessoubre

Un dispositif efficace

  • Afin d’apprécier l’efficacité de ce dispositif, l’EPAGE Doubs-Dessoubre a mandaté SCIMABIO interface pour suivre sur une année complète le déplacement des truites à proximité de la passe.
  • Les objectifs de l’étude étaient notamment de vérifier la capacité des truites à localiser l’entrée de la passe, de préciser les durées de franchissement et la taille des truites capables de l’emprunter.
  • Parmi 245 truites marquées avec des puces RFID, 235 ont été retrouvées, dont 194 à proximité du site d’étude
  • 168 truites ont été détectées à l’intérieur de la passe à poissons et 136 l’ont franchie avec succès, y compris de truites de petite taille.
  • Pour 75% des passages, le franchissement s’est effectué en 1h30, n’induisant pas de retard sur la migration
  • Retrouvez le rapport de suivi de l’efficacité de la passe à poissons sur ce lien

Plan de financement

Montant des travaux : 134 000 euros TTC pour la construction de la passe,
Financement : Agence de l’eau RMC 70% , EPAGE Doubs Dessoubre 30% (dont participation du Département du Doubs à hauteur de 60% du reste à charge des investissements de l’EPAGE via ses cotisations statutaires)

Montant du suivi d’efficacité : 44 500 euros TTC pour le suivi de la passe,
Financement : Agence de l’eau RMC 70% , EPAGE Doubs Dessoubre 16% (dont participation statutaire du Département), Fédération de pêche du Doubs (11%), AAPPMA les deux vallées (3%)

Le ruisseau de Bénusse reméandré, vue après la remise en eau (C) L. Georges CD25

Reméandrage du ruisseau de Bénusse

Maitre d’ouvrage :

Fédération du Doubs pour la pêche et la protection du milieu aquatique

Année

2023

Localisation

Saint-Vit

Cadre

Contrat de rivière vallée du Doubs

Objectifs des travaux

  • Un affluent du Doubs historiquement très modifié et pour lequel une étude d’avant-projet de restauration a été réalisée sur l’ensemble du linéaire par la Fédération de pêche du Doubs,
  • Profiter de la facilité foncière via des berges très majoritairement propriété du Département du Doubs pour initier des travaux sur un premier tronçon débutant à la source,
  • Remettre dans son fond de vallée le ruisseau déplacé il y a plusieurs siècles en pied de coteau et canalisé sur 350 m en vue d’alimenter ancien moulin,
  • Retrouver un lit méandriforme sur 700 m linéaires, avec un dimensionnement et une cote du fond proche de l’originelle, favorisant la remontée de nappe d’accompagnement et le gain de ressource en eau,
  • Permettre le maintien des activités agricoles en rendant exploitable l’ancien lit qui sera comblé,
  • Donner une dimension pédagogique au projet, en associant les élèves du Lycée agricole Granvelle, dont la ferme exploite les parcelles riveraines,
  • Effectuer un état initial et un suivi approfondi de l’effet des travaux, avec un protocole portant sur de nombreux aspects : morphologie du cours d’eau, fonctionnement des sols, ressource en eau, qualité de l’eau, biodiversité, production de fourrage…

Nature des travaux

  • Un lit méandriforme recréé sur 700 m et implanté sur la base de la topographie de la vallée,
  • La création d’un lit guide laissant au cours d’eau la possibilité d’ajuster de lui-même son gabarit afin d’optimiser le gain de variété des écoulements et le gain de connectivité latérale avec les berges,
  • Une reconstitution du matelas alluvial de galets, graviers et sable avec des matériaux majoritairement issus du site, présents au sein d’une ancienne digue d’étang démantelée pour reconstituer le fond de vallée naturel,
  • L’ancien lit canalisé est comblé avec les matériaux issus du terrassement et de l’ancienne digue. Après réensemencement, il permettra d’étendre la parcelle exploitée et des compenser la surface dévolue au nouveau tracé,
  • Des aménagement connexes permettent l’exploitation agricole: passage à gué pour bétail et engins, abreuvoirs gravitaires, mise en défens qui sera réalisée par les élèves du Lycée agricole.

Plan de financement

Montant des travaux : 239 350 euros TTC
Financement : Fédération de pêche 10% , Agence de l’eau RMC 50% , Département du Doubs 30% , Grand Besançon Métropole 10%

Un important volet pédagogique est piloté la la Fédération et a déjà permis, la sensibilisation et la formation de plus de 350 lycées ou apprenants de filières agricole et foresterie

Le nouveau lit du Raffenot au cours des travaux (C) EPAGE HDHL

Restauration des ruisseaux de Raffenot et Vergetolles

Maitre d’ouvrage :

EPAGE Haut-Doubs Haute-Loue

Année

2023

Localisation

Vuillafans et Chateauvieux-les-Fossés

Cadre

Contrat de bassin Haut-Doubs Loue

Objectifs des travaux

  • Le ruisseau de Vergetolles et son affluent le Raffenot sont des affluents de la Loue dont la continuité et la morphologie sont dégradés, induisant un déficit d’abondance de poissons et d’invertébrés aquatiques. Ils ont été priorisés par l’EPAGE Haut-Doubs Haute-Loue au terme d’une étude de plusieurs affluents, car disposant d’un fort potentiel de reconquête écologique et d’un contexte foncier favorable,
  • La première tranche de travaux réalisée en 2023 concerne la restauration physique de la partie aval du ruisseau du Raffenot à Châteauvieux-les-Fossés et la restauration de la continuité écologique sur le ruisseau de Vergetolles,
  • Les objectifs des travaux sont de restaurer la qualité écologique du cours d’eau, favoriser la vie piscicole, limiter l’enfoncement du lit du cours d’eau et améliorer la connexion du cours d’eau avec sa nappe alluviale et ainsi améliorer la ressource en eau.

Nature des travaux

  • Sur le ruisseau du Raffenot, les travaux consistent :
  • A recharger le lit actuel du cours d’eau sur environ 500 m en graviers et galets,
  • A remettre le ruisseau dans son ancien lit sur environ 500 m (reméandrage),
  • A mettre en place des éléments de diversification (micro-seuils en bois et blocs) sur 500 m.
  • Sur le ruisseau de Vergetolles, les travaux consistent :
  • A améliorer la continuité écologique, en aménageant 3 ouvrages sur la partie aval, afin de faciliter la remontée des truites farios en provenance de la Loue. Auparavant, elles étaient bloqués au niveau d’un seuil à seulement quelques dizaines de mètres de la confluence avec la Loue.,
  • Concrètement, il s’agit de la suppression partielle ou totale de deux seuils et l’aménagement d’un pont communal par mise en place de pré-barrages permettant d’étager la chute.

Plan de financement

Montant des travaux : 380 000 euros HT
Financement : Agence de l’eau RMC 70% , SNCF Réseaux 30%

Mise en eau du lit reméandré de la Savoureuse à Nommay © PMA

Reméandrage de la Savoureuse et protection des digues à Nommay

Maitre d’ouvrage :

Pays de Montbéliard Agglomération

Année

2023

Cadre

Contrat de bassin Allan

Objectifs des travaux

  • La restauration morphologique d’un cours d’eau chenalisé et déplacé sur le coté de sa vallée, afin de retrouver un habitat diversifié et de qualité sur un linéaire de 400m,
  • La dissipation de l’énergie du cours d’eau dans la plaine alluviale restaurée afin de limiter les forces érosives s’exerçant sur les digues de protection contre les inondations situées en aval du projet,
  • Un projet à double entrée: GEMA (gestion des milieux aquatiques) et PI (protection contre les inondations) utilisant des solutions fondées sur la nature.

Nature des travaux

  • Un lit méandriforme recréé sur 400 m et dimensionné sur la base des anciens tracés, de la topographie et des contraintes locales,
  • La rehausse de la cote de fond de lit ne peut pas atteindre son niveau originel sans augmenter le risque d’inondation en amont, et le raccordement est complexe dans le cas d’un cours d’eau très incisé en amont et en aval du linéaire travaillé. En conséquence, le reméandrement est accompagné d’un terrassement de la plaine alluviale et de la création d’un lit moyen favorisant la connexion avec le milieu humide rivulaire,
  • Le matelas alluvial de galets et graviers étant toujours présent, les apports de matériaux sont limités à la formation de radiers,
  • Une importante végétalisation de l’emprise du chantiers est prévue avec la plantation d’arbres, d’arbustes, et de plantes adaptées aux milieux humides,
  • L’ancien lit non naturel sera comblé avec les matériaux issus du terrassement et planté de boutures de saules,
  • A l’aval du lit restauré, le pied de berge des digues sera protégé lors d’une seconde tranche de travaux prévue en 2024.

Plan de financement

Montant des travaux des restauration : 332 100 euros HT
Financement : PMA 20% , Agence de l’eau RMC 50% , Département du Doubs 30%

Début des travaux d’effacement du seuil de la Voyèze – © EPAGE Doubs-Dessoubre

Effacement du seuil de la Voyèze et restauration du Dessoubre par l’EPAGE Doubs-Dessoubre

https://www.youtube.com/watch?v=2OJERLRaVT8

Maitre d’ouvrage :

EPAGE Doubs Dessoubre

Année

2022

Cadre

Contrat de territoire Doubs-Dessoubre

Objectifs des travaux

  • Restaurer la continuité piscicole et sédimentaire au droit du seuil de la Voyèze, ce qui a permis la réouverture de 12 km de Dessoubre pour toutes les espèces inféodées à la rivière, en lien avec les autres projets sur cette thématique menés ces dernières années et visant le décloisonnement du Dessoubre aval et de ses affluents afin de permettre la réalisation du cycle biologique des truites
  • Restaurer la morphologie et les fonctionnalités du lit mineur pour retrouver des habitats diversifiés et de qualité avec une alternance de radiers et de zones plus profondes, et la présence de caches et frayères sur 600 m
  • Diminution du réchauffement de la rivière

Nature des travaux

  • Effacement du seuil de la Voyèze, qui bloquait la remontée des poissons comme les truites et ombre ainsi que le transit des sédiments
  • Confortement des piles du Pont d’Orgeans-Blanchefontaine à Vauclusotte qui reposaient sur les alluvions meubles
  • Prolongement de la passe à poisson située à la confluence du ruisseau de Vauclusotte et du Dessoubre, favorisant ainsi la circulation des truites entre le Dessoubre et son affluent
  • Reconstitution d’un lit du Dessoubre aux écoulements variés dans l’emprise de l’ancien seuil grâce à une recharge sédimentaire, à l’apport de blocs abris et au remodelage de la zone

Plan de financement

Montant des travaux : 668 171 euros TTC
Financement : EPAGE Doubs-Dessoubre 30%, Agence de l’eau RMC 70%, Département du Doubs (60% du reste à charge du syndicat via ses cotisations statutaires)

Le Crenu réméandré avant sa confluence avec l’Ognon – © L. Georges, CD25

Réméandrement et restauration de la continuité écologique du Crenu à Avilley
Par le SMAMBVO

Maitre d’ouvrage :

SMAMBVO

Année

2022

Cadre

Contrat de rivière Ognon

Objectifs des travaux

  • Redonner un fonctionnement naturel à la zone de confluence entre le Crenu et l’Ognon, où le lit de l’affluent a été déplacé, recalibré et rectifié historiquement et tend à s’envaser
  • Diversifier les écoulements et les habitats aquatique ou en berge, et renforcer la qualité des zones humides voisines
  • Restaurer la continuité amont/aval sur le Crenu et permettre sa connexion avec l’Ognon, limitées par un seuil infranchissable dans la traversée d’Avilley, désormais propriété du SMAMBVO
  • Ce projet de restauration, relevant du grand cycle de l’eau, intervient dans la continuité des travaux liés au petit cycle de l’eau de remise aux normes de l’assainissement de la commune d’Avilley cofinancés également par le Département

Nature des travaux

  • Création d’un nouveau lit méandriforme de 425 m et d’un gabarit adapté aux écoulements
  • Talutage des berges en pente douce pour favoriser le développement d’une végétation connectée au lit mineur
  • Recharge granulométrique de graviers et cailloux du nouveau lit et du lit actuel sur 360 m, et d’une épaisseur de 15 à 30 cm
  • Construction de deux rampes de fonds pour limiter le risque d’incision du lit
  • Retrait du seuil et fractionnement de sa hauteur de chute par 3 rampes en enrochement de 30 cm de dénivelé, franchissable par toutes les espèces de poisson présentes

Plan de financement

Montant des travaux : 387 000 euros HT
Financement : SMAMBVO 20% Département du Doubs 30% Agence de l’eau RMC 50%

Effacement des seuils de Fleurey et Neuf Gouffre sur le Dessoubre
par l’EPAGE Doubs-Dessoubre

Maitre d’ouvrage :

EPAGE Doubs Dessoubre

Année

2020

Cadre

Programme d’aménagement du Dessoubre

Objectifs des travaux

  • Restauration de la continuité piscicole et sédimentaire sur 10 km, en relation avec d’autres projets sur cette thématique visant le décloisonnement du Dessoubre aval et de ses affluents
  • Restauration morphologique pour retrouver un habitat diversifié et de qualité, avec caches et frayères sur 1,2 km
  • Diminution du réchauffement du cours d’eau

Nature des travaux

  • Démantèlement de deux seuils sans usage d’environ 2 m de hauteur. Utilisation des blocs résiduels pour diversifier les écoulements et constituer des abris
  • Recharge de galets/graviers de 7400 m³ à Fleurey et 2350 m³ à Neuf Gouffre, sur une épaisseur moyenne de 40 cm, rehaussant le fond de lit et recréant des bancs latéraux et des radiers
  • Epaulement des berges à enjeux
  • Plantation d’arbres et arbustes

Plan de financement

Montant des travaux : 495 000 euros HT
Financement : Agence de l’eau RMC 65%, Département du Doubs 15%, EPAGE Doubs Dessoubre 20%

Reméandrement du ruisseau du Château à Soye
par l’EPTB Saône&Doubs et la CC2VV

Maitre d’ouvrage :

EPTB Saône & Doubs par délégation de la CC2VV

Année

2021

Cadre

Contrat de rivière Vallée du Doubs et territoires associés

Objectifs des travaux

  • Amélioration de la qualité physique du cours d’eau, fortement dégradée, qui doit permettre un gain notable en termes de ressource en eau et de niveau de la nappe, de régime thermique, et de capacité d’accueil pour la faune et la flore aquatique et terrestre
  • Conciliation avec les usages agricoles des parcelles voisines

Ce projet de restauration, relevant du grand cycle de l’eau, intervient dans la continuité des travaux récents, liés au petit cycle de l’eau, de remise aux normes de l’assainissement de la commune de Soye, cofinancés également par le Département.

Nature des travaux

  • Recréation sur 470 mètres d’un lit méandriforme et au gabarit adapté à l’hydrologie, en lieu et place du lit historiquement déplacé en pied de coteau
  • Comblement de l’ancien lit au tracé rectiligne et au gabarit sur-calibré
  • Recharge granulométrique en galets et graviers
  • Plantation d’arbustes en berges
  • Mise en place de clôtures et d’un ouvrage de franchissement afin de faciliter l’exploitation agricole des parcelles concernées et de conserver un fuseau naturel de quelques mètres sur chaque rive

Plan de financement

Montant des travaux : 102 000 euros TTC
Financement : EPTB Saône & Doubs 20%, Département du Doubs 10%, Agence de l’eau RMC 70%

Aménagement d’une frayère à brochet sur le Doubs à Bart
par PMA et l’EPTB Saône&Doubs

Maitre d’ouvrage :

Pays de Montbéliard Agglomération (PMA) et EPTB Saône & Doubs

Année

2020 à 2021

Cadre

Contrat de rivière Vallée du Doubs et territoires associés

Objectifs des travaux

  • Recréer des annexes hydrauliques fonctionnelles, c’est-à-dire des zones calmes de type bras-mort riches en végétation aquatique, aujourd’hui très rares sur ce secteur du Doubs, à cause de son artificialisation et de l’enfoncement de son lit.
  • Permettre la reproduction du brochet, en créant une frayère adaptée à cette espèce exigeante, mais également favorable aux cyprinidés d’eau calme (gardon, rotengle, tanche, carpe)
  • Plus largement, améliorer la biodiversité des milieux humides et aquatiques périphériques au lit du Doubs, et rétablir la connexion avec celui-ci.

Nature des travaux

  • Reconnexion du Doubs avec quatre dépressions existantes (suite à l’exploitation de sablières), avec création d’un chenal reliant ces dépressions et ouverture sur le cours principal de la rivière
  • Reprofilage en pentes douce des berges de ces annexes, pour favoriser le développement des végétaux typiques des zones humides et supports de ponte pour les poissons comme le brochet
  • Plantation de végétaux adaptés aux milieux humides
  • Valorisation du site, avec la pose de deux passerelles piétonnes
  • Aménagement de 1,2 hectares

Plan de financement

Montant des travaux : 183 000 euros HT
Financement : PMA 20%, Département du Doubs 15%, Agence de l’eau RMC 65%

Reméandrement du Bief-Voulain à Sainte-Colombe et Granges-Narboz
par l’EPAGE Haut-Doubs Haute-Loue

Maitre d’ouvrage :

EPAGE Haut-Doubs Haute-Loue

Année

2020

Cadre

Site NATURA 2000 du Bassin du Drugeon, Programme Life Tourbières du Jura

Objectifs des travaux

Le Bief Voulain, affluent du Drugeon, a conservé un tracé méandreux sur une bonne partie de son linéaire. Mais les travaux de rectification du Drugeon réalisés entre 1956 et 1965 n’ont pas épargné la partie la plus en aval du ruisseau. Sa confluence avec le Drugeon étant déplacée, les 400 derniers mètres du cours d’eau ont été rectifiés et prolongés sur 200 m pour rejoindre le nouveau lit du Drugeon rectiligne.

Lors de la renaturation du Drugeon dans le secteur en 2000, la confluence a de nouveau été déplacée, mais les 400 m rectifiés du Bief Voulain n’ont pas été restaurés à l’époque, et le ruisseau conservait sa forme de « fossé » au niveau de sa confluence. Les objectifs des travaux résidaient en une ambitieuse restauration du fonctionnement hydro-morphologique de la partie basse du Bief Voulain sur un linéaire total de 950 m. Le rétablissement de la communication entre le lit mineur et le lit majeur devrait conduire à une augmentation des capacités auto-épuratoires du cours d’eau et à un abaissement des températures estivales (soutien des débits par de l’eau fraiche de la nappe). Ce soutien des débits d’étiage et la diminution des températures seront favorables à la présence des espèces typiques des zones fraiches, et en particulier de la truite. La diversification des habitats aquatiques et la recréation de zones favorables à la reproduction des poissons conduira à une augmentation de la diversité faunistique. Un gain de qualité d’eau est également attendu. 

Nature des travaux

  • Reméandrement du lit sur 413 m, par creusement du lit-guide sinueux, reprenant autant que possible les anciens méandres encore visibles, et création d’un matelas alluvial en fond de lit par recharge pierreuse déposée sous forme d’amas en quinconce
  • Comblement du tracé rectiligne sur 279 m, en intégrant des bouchons étanches de marnes s’appuyant sur des bardages rustiques, de manière à éviter le drainage du nouveau lit
  • Sur la partie amont, au droit d’un secteur curé et incisé ne pouvant être reméandré en raison de la présence d’étang : recharge d’un linéaire de 124 m en matériaux pierreux non triés de diamètres 0,2 à 5 cm sur une épaisseur moyenne de 10 cm. Cette recharge est disposée en amas.
  • Fermeture des fossés de drainage du marais adjacent pour ralentir le flux d’eau, à l’aide de panneau en bois et de sciure de bois non traité.
  • Mise en place d’une passerelle en bois permettant le franchissement du cours d’eau

Plan de financement

Montant des travaux : 51 834 euros HT
Financement : 100% dans le cadre du programme LIFE Tourbières du Jura

Reméandrement du Ruisseau du Pontot à la Vèze
par le Syndicat mixte du Marais de Saône et Bassin Versant de la Source d’Arcier

Maitre d’ouvrage :

Syndicat mixte du Marais de Saône et Bassin Versant de la Source d’Arcier

Année

2022

Cadre

Plan de gestion du marais de Saône 2021-2030

Objectifs des travaux

  • Redynamiser les écoulements, y compris à l’étiage
  • Favoriser la diversité des milieux aquatiques
  • Conserver des habitats favorables aux espèces patrimoniales.
  • Contribuer à une soutiens d’étiage des cours d’eau
  • Contribuer à une meilleure qualité des eaux superficielles
  • Contribuer à une meilleure alimentation de la ressource d’Arcier.

Nature des travaux

  • Création d’un nouveau lit sinueux d’un linéaire de 265 m
  • Création d’un lit d’étiage concentrant les écoulements en basses eaux
  • Recharge granulométrique de 10 cm d’épaisseur
  • Maintien en eau de l’ancien lit rectifié abritant l’Agrion de Mercure (Odonate protégé)
  • Plantation d’hélophytes (plantes adaptées aux milieux humides)
  • Construction d’un dispositif de franchissement agricole

Plan de financement

Montant des travaux : 45 500 euros TTC
Financement : Syndicat Mixte du Marais de Saône, Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse (50%) , Département du Doubs (60% du reste à charge du syndicat via ses cotisations statutaires)